gérer stress travail

Stress au travail, comment le gérer ?

Qui ne s’est pas senti un jour ou l’autre stressé au travail ? Boule au ventre, mains moites, bouche sèche… vous connaissez ces sensations qui sont caractéristiques du stress. Quand elles s’imposent, on se sent impuissant. Et pourtant il existe de nombreux moyens pour bien gérer son stress et au lieu de le subir lutter contre. Voici quelques techniques qui pourront vous aider à contourner et à mieux gérer votre stress. Car, le plus souvent, notre façon de considérer les choses est la première cause du stress, plus que les événements extérieurs.

Quelles sont les causes de votre stress ?

Si vous souhaitez combattre votre stress, la première chose que vous devez faire c’est d’identifier avec précision quelles sont les situations qui sont génératrices de stress pour vous au travail :

  • la charge de votre travail ?
  • votre hiérarchie ?
  • une mission aux contours mal définis ?
  • des objectifs irrationnels ?
  • situations conflictuelles avec vos collègues ?
  • un manque de reconnaissance ?
  • des missions qui ne sont pas valorisantes ? …

Quelle que soit la cause de votre stress, celles précitées ou autres, sachez qu’il y a toujours un moyen de la désamorcer. Mais comment ? 

Adoptez la bonne attitude pour mieux gérer le stress au travail

La plupart du temps le stress et l’état anxieux sont générés par notre propre attitude face aux événements ou au comportement des autres. Cependant, il nous suffirait de changer de point de vue pour nous apercevoir que ce qui arrive n’est pas aussi important et dramatique que nous le pensons. Nous avons tous tendance à surestimer la gravité d’une situation et à réagir de façon automatique.

  • Si votre charge de travail vous semble trop élevée : au lieu de dramatiser, rien ne vous empêche de la réévaluer objectivement (de manière factuelle) afin d’argumenter auprès de votre hiérarchie pourquoi elle n’est pas rationnelle. Non seulement vous gagnerez en estime de vous-même mais, par le même biais, vous démontrerez aussi que vous avez une vraie conscience professionnelle.

  • Si votre hiérarchie se montre trop exigeante ou indifférente : pourquoi ne pas solliciter un entretien pour lui faire part de ce qui vous tracasse ?  Soyez constructif mais ferme, cela vous soulagera d’en avoir parlé, vous vous sentirez plus serein et plus fort.

  • Si la mission qui vous est confiée semble floue : ne la prenez pas en charge tant que vous n’avez pas tous les éléments : informations, objectifs, échéance… Cela vous évitera d’essuyer des reproches par la suite et augmentera votre efficacité.

  • Si les objectifs qui vous sont fixés ne sont pas rationnels : rien ne sert d’essayer de tenir des objectifs s’ils ne sont pas réalisables dans le temps réparti. Décomposez-les en tâches à exécuter et démontrez pourquoi ils ne sont pas  rationnels. Proposez une autre alternative. Ainsi vous ferez preuve de bon sens tout en prouvant que vous avez le sens des réalités.

  • Si vous vous trouvez dans une situation conflictuelle avec un(e) collègue : Ne le prenez pas personnellement, vos collègues peuvent aussi être stressés et subir des pressions, soyez indulgent ! Entamez plutôt une conversation dépassionnée, examiner ensemble la situation et ce qui pose problème, faites preuve d’empathie (même si cela semble difficile sur le moment) efforcez-vous de trouver une solution bénéfique pour les deux parties. Vous vous sentirez beaucoup mieux et votre collègue en sera reconnaissant(e).

  • Si vous pensez qu’on manque de reconnaissance par rapport à votre travail, à vos efforts : n’hésitez pas à en faire part à votre responsable, soyez factuel. Le manque de reconnaissance est frustrant pour tout le monde, en agissant ainsi vous vous montrerez respectueux de vous-même et de votre travail. Il ne s’agit de vous mettre en avant mais bien de réclamer ce que vous méritez.

  • Si les missions qui vous sont confiées vous semblent dévalorisantes par rapport à votre niveau de compétence : sachez que vous n’êtes pas obligé d’accepter des missions qui ne relèvent pas de votre niveau de compétences. Demandez des missions en rapport avec vos vraies qualifications. Cela montrera que vous avez de l’ambition (dans le sens positif du terme) et que vous ne vous contentez pas du peu, dans l’intérêt de votre entreprise.

Bien entendu, il y a plein d’autres situations stressantes dans le monde du travail, on peut multiplier ces exemples à l’envi. Ce qu’il faut retenir de ce qui a été développé ci-dessus c’est que, dans quasiment toutes les situations, nous avons le pouvoir de transformer un moment de crise à notre avantage en adoptant une attitude positive et constructive. Quand les choses se dégradent vous ne pouvez pas toujours contrôler ce que vous ressentez, et cela ne servirait à rien, il convient dans un premier temps d’accepter totalement vos émotions et sentiments. En revanche, vous pouvez contrôler votre façon de répondre aux sentiments qui vous submergent et influer sur un résultat qui sera bénéfique à la fois pour vous et votre interlocuteur.